Extrait de la pièce de théâtre: « Ô mon dieu, mon dieu … »




Avertissement.

Ce texte et les images sont protégés par les droits d’auteur.


En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l’autorisation de l’auteur soit directement auprès de lui, soit auprès de l’organisme qui gère ses droits (la SACD par exemple pour la France.
Pour les textes des auteurs membres de la SACD, la SACD peut faire interdire la représentation le soir même si l’autorisation de jouer n’a pas été obtenue par la troupe.
Le réseau national des représentants de la SACD (et leurs homologues à l’étranger) veille au respect des droits des auteurs et vérifie que les autorisations ont été obtenues, même a posteriori.
Lors de sa représentation la structure de représentation(théâtre, MJC, festival…) doit s’acquitter des droits d’auteur et la troupe doit produire le justificatif d’autorisation de jouer. Le non respect de ses règles entraine des sanctions(financières entre autres) pour la troupe et pour la structure de représentation.

Ceci n’est pas une recommandation, mais une obligation, y compris pour les troupes amateurs.

« Ô mon dieu, mon dieu … »
(Une pièce de Eric Garandeau)

Cette pièce de théâtre comporte des combats d’escrime artistique, qui peuvent être supprimés, sans compromettre la logique de l’histoire.


Décors.
L’ensemble de la pièce se joue dans le cloître de l’abbaye.
Fond de scène un grand Christ doté d’une cachette.

En avant scène un puits.
Coté jardin une cloche,
Coté cour, une porte permettant l’accès à l’extérieur de l’abbaye.

Costumes Accessoires
Premier moine Bénédictin : sacs d’or, coffret et sabre
Deuxième moine Bénédictin : un grand chapelet
Une des sœurs Ordre des contemplatives : un coffret
Une tenue de Marquis : cinq bagages, un sabre
Une tenue de Marquise : un coffret
Une tenue de novice : un livre de compte, un parchemin
Synopsis.
1789, la révolution s’installe en Vendée… Moines et noble s’agitent, chacun veut fuir et sauver ses « glorieux » trésors, pour cela on complote…
Dans le cloître d’une abbaye du bocage vendéen, moines, frère convers, marquis, marquise doivent cohabiter pour échapper aux révolutionnaires. Tout pourrait être simple, mais la venue de sœur Marguerite fuyant l’armée de la révolution avec en sa possession un trésor inestimable va réveiller bien des démons. Les moines s’agitent et complotent , la noblesse se sauve avec ses trésors, bref il s’en passe de drôles de chose… Et la petite vie rythmée de l’abbaye va s’en trouver bien perturbée…

Les protagonistes :
Deux femmes 
un adolescent 
trois hommes.

Frère Horace : Frère économe de l’Abbaye, vil coquin qui profita de sa situation d’économe pour détourner écus et louis, caché derrière le christ et dans un des piliers du cloître. A l’approche du canon il projette de s’enfuir, oui mais !!!

Père Florimond : Père supérieur de l’Abbaye, a pleine confiance dans le genre humain et ne peut dire une réplique sans « mon dieu, mon dieu ».

Le novice Eutrope: Jeune écervelé, ne comprend pas toujours du premier coup ce que l’on attend de lui.

Marquis Baudry de la Richardière : Fuit la révolution, juste le temps pour lui de mettre sa famille à l’abri en Angleterre et revenir réintégrer son régiment. Brave homme, royaliste convaincu.

Gédéonde, Marquise de la Richardière : A longtemps profité de l’absence de son époux, pour dilapider la fortune personnelle de la famille dans les soirées de jeux (pharaons et Crick-crack)

Sœur Marguerite : Bénédictine, de l’Ordre des contemplatives de l’Abbaye de sainte croix des Sables d’Olonne, Transportant avec elle les reliques de Saint-Mathurin. S’enfuit de son Abbaye à l’approche des républicains. Elle se réfugie à l’Abbaye de la Grainetière.

« Ô mon dieu, mon dieu … »
(Une pièce de Eric Garandeau )
On entend dans le lointain le bruit du canon, et le tocsin qui sonne à tout va.
ouverture du rideau


Acte1 scène 1

Horace : (Entre en scène par la porte principale) Maudite révolution, comme si elle n’avait pu attendre quelques jours… quelques mois… enfin, juste le temps pour moi de régler quelques affaires… Affaires qui d’ailleurs ne souffrent d’aucun retard… Voilà que le tiers-état exige, suite à leur serment qu’ils appellent « Jeu de paumes », tout un tas de mesure contre les maisons de Dieu. C’est la fin des haricots ou plutôt devrais-je dire la fin d’une époque (S’apprête à sortir, entend des pas et se cache)

Florimond : (semble chercher partout) Ô !!! Mon dieu, mon dieu (regarde le christ et se signe) quel grand malheur que la chose que voilà. Ô !!! Mon dieu, mon dieu (regarde le christ et se signe) Et Frère Horace qui ne répond toujours pas à mes appels !!! Frère Horace… Frère Horace !!! (Est surpris par Horace)

Horace : (Contourne Florimond et fait croire qu’il arrive de l’intérieur)

Florimond : Ah… Frère Horace, par tous les saints du paradis et par tous les apôtres de la terre, vous voilà enfin. Ô !!! Mon dieu, mon dieu (regarde le christ et se signe)

Horace : (A lui-même) Je ne savais pas qu’il y avait autant de monde à ma recherche ?

Florimond : Comment pouvez-vous avoir le cœur à plaisanter par les temps qui courent !!! Je vous en prie Frère Horace, je vous en prie, un peu de sérieux.

Horace : Vous me semblez bien retourné père Florimond ??? Comme si vous aviez le diable aux trousses !!!

Florimond : Le diable !!! Frère Horace. Le diable !!! (écoute le bruit du canon) Vous ne croyez pas si bien dire.

Horace : Oui il est vrai que cela semble se rapprocher un peu !!!

Florimond  : Un peu dites vous !!! Un peu. (se reprend) Mais où étiez-vous passé, (semble réfléchir) Ouh ! la, la… Voilà bien longtemps que je vous cherche.

Horace : (hésitant) Qui…Moi ???

Florimond : (regarde autour de lui) Mais par tous les saints, bien sûr vous !!! Ô !!! Mon dieu, mon dieu… Et qui d’autre ???.

Horace : Et bien voilà, vous m’avez trouvé !!! Il s’en est fallu de peu, je m’apprêtais justement à sortir.

Florimond : Ah !!! Oui. Ô !!! Mon dieu, mon dieu, et vous sortez en de pareils moments… N’entendez-vous pas le bruit du canon !!!

Horace : Si fait, Si fait, mon père. Mais j’ai quelques urgences qui ne souffrent d’aucun retard et ce n’est certainement pas quelques coups de pétoire distribués par les petites gens du village qui vont m’impressionner.

Florimond : Je vous sais bien dévoué à notre chère Abbaye, frère Horace, mais je vous en conjure soyez prudent…

Horace : Oui, oui !!! (Commence à partir)

Florimond : Puis-je savoir quelle est la raison de votre sortie ?

Horace : Un ou deux détails à régler avant de me remettre dans les livres de compte… Un travail dur et pénible croyez-moi… qui me cause bien des tracasseries.

Florimond : Ô !!! Mon dieu, mon dieu. Je le sais bien frère Horace… mais que diable (se signe en regardant le christ) Pardon…J’apprécie votre travail en tant que frère économe, mais tant de hardiesse à votre tâche… Nous ne sommes ni à Royaumont ni au prieuré de Saint-Paul-Mont Pénis tout de même !!!

Horace : Voilà bien propos léger et indélicat de la part d’un frère, qui avait, par le passé, l’outrecuidance de vérifier ses dires avant d’en extraire un jugement.

Florimond : (Fâché) Mais je vous en prie, frère Horace, je vous rappelle qu’ici, en ce lieu, je suis le père supérieur et de ce fait je me permets de vous dire ce que je veux !!! Et n’ai aucun ordre moral à recevoir de vous !!!

Horace : Et moi, je constate tout de même, que depuis que je suis frère économe en cette Abbaye, le sujet de la comptabilité ne vous a jamais préoccupé outre mesure.. (Tel un prédicateur) Et pourtant que voilà bien une tâche ingrate, surtout en cette période de trouble.

Florimond : (Ne comprend pas) A ce sujet, il me faudra vérifier les livres de compte… Comprenez, si les patauds… les bleus… je veux dire les républicains arrivaient jusqu’à nous … Ô !!! Mon dieu, mon dieu. Il me serait rassurant de leur montrer la bonne gestion de notre patrimoine et leur prouver combien notre générosité fut grande dans le partage de nos faibles revenus avec les plus pauvres du village.


N'hésitez pas à me contacter pour recevoir la totalité du texte ou pour avoir plus de renseignements sur cette pièce de théâtre à : ericgarandeau@orange.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire